Je ne sais plus de quand date mon dernier message sur la broderie kantha, mais je suis toujours aussi fan de cette technique. je devrais dire "non-technique".

Et c'est ce qui me plait justement!

Revenons aux origines.

La broderie kantha serait née au Bengladesh. D'autres sources parlent du nord de l'Inde. J'ai cru lire quelque part que "kantha" signifiait "assembler", et , de fait, les vrais kanthas sont de vieux saris usés qui ont été cousus en deux épaisseurs avec de grand point droits pour en faire des sortes de couvertures et leur donner une seconde vie.

Il y a quelques années j'ai trouvé en Inde des tissus de soie imprimés dont le contour des dessins avait été rebrodé au point avant. Ce ne sont pas de kantha à proprement parler puisqu'ils ne sont pas assemblés mais par extension, le fait de broder un tissu au point avant pour faire des motifs géométriques ou plus figuratifs s'appelle kantha.

Cela pourrait s'apparenter au sashiko japonais, mais on retrouve dans les techniques de ces deux pays tout ce qui les sépare: le sashiko est très strict, avec des points réguliers, très méthodiques. On peut y voir là le côté discipliné du Japon ancien. Les kanthas indiens sont plus à l'image de l'Inde: foisonnants, désordonnés, moins rigoureux à l'image du brouhaha indien... c'est du moins comme cela que je le perçois.

Kantha2

Quand je parle de "non-technique" c'est que la broderie kantha est hyper simple: on utilise le point avant, ou point droit. Rien de plus simple! on peut utiliser aussi le point de tige pour délimiter des surfaces à remplir au point avant, et surtout, les points peuvent être irréguliers! je trouve même que c'est ce côté maladroit qui leur donne tout leur charme.

Et cette absence de rigueur en fait une broderie très relaxante, un peu comme un zentangle à l'aiguille.

WP_20170607_11_28_59_Pro

 

Si avec ça je ne vous donne pas l'envie d'essayer... Patientez un peu.

Dans le prochain article je vous donnerai un tuto pour faire une pochette de téléphone.

Kantha 3